João Rodriguez Esteves : Miserere, Lamentations, Stabat mater

Esteves_thumbnailJoão Rodriguez Esteves (c.1700-c.1751) : Miserere, Lamentations, Stabat mater
Harmonia Mundi / Ambronay (AMY006)
2006
4 de diapason
Un enregistrement « live » d’Ambronay. Avec le soutien de la Région Rhône-Alpes.

Miserere a tre cori, Messe a 8 vozes, Stabat Mater, Lamentationes Jeremiae a 8 vozes, Cum turba plurima

Alena DANTCHEVA, Els JANSSENS, Karine SERAFIN (cantus)
Michel GERAUD, Christophe LAPORTE, Christopher ROYALL (altus)
Adrian BRAND, David MUNDERLOH, Nicolas ROBERTSON (tenor)
Philippe CANTOR, Matthieu HEIM, Paul WILLENBROCK (bassus)
Michèle VANDENBROUCQUE (dulciane), Marl LAMBRECHT (violoncelle)
Maria CLEARY, Marta GRAZIOLINI (harpes), Marc WOLFF (théorbe)
Yannick VARLET, Frédéric RIVOAL (orgues)

Acheter le disque sur / Buy this disc on:
Ambronay
Presto Classical

Nous pouvons également vous l’envoyer directement chez vous par la poste, n’hésitez pas à nous contacter pour avoir plus d’informations.
We can also send it to you by post, please contact us for details.

Extraits musicaux / Musical extracts :

Miserere a tri cori

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Messe a 8 vozes – Kyrie

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Lamentationes Jeremiae a 8 vozes

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Stabat Mater Dolorosa

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Stabat Mater – Eja mater, fons amoris

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

"Une progression étonnante s'impose, se développe grâce à l'indispensable qualité musicale et rythmique que sous-tend (mais ne saurait remplacer), la ferveur d'interprétation. Exactitude et nuances sont constantes chez cette formation chorale exceptionnelle, qui a tout saisi de cette musique de la Contre-Réforme et révèle ici un compositeur hautement inspiré."
Anne Rochon, Lyon Poche, Octobre 2006

"Le tremblement de terre qui a frappé Lisbonne en 1755 a ravagé le patrimoine musical du Portugal, mais les œuvres d'Esteves ont survécu en nombre suffisant pour indiquer que ce compositeur de la première partie du XVIIIème siècle fut l'un des grands maîtres de la polyphonie baroque.
Le Miserere à trois chœurs constitue une excellente première approche d'un compositeur qui, ayant étudié à Rome, a par la suite servi une cour qui cherchait à dépasser le Vatican par la splendeur de sa musique. Le style déclamatoire donne à cette œuvre une trajectoire inexorablement tragique qui correspond parfaitement au désolement exprimé par le texte. La messe à double chœur, énergique et passionnée, ainsi qu'un Stabat mater avec ses chœurs plaintifs à huit voix et les broderies de ses airs accompagnés au continuo, révèlent une discordance stylistique qui permet à Esteves de faire vivre douloureusement les émotions brutes du texte.
London Daily Telegraph, 29 octobre 2007 (traduction)

"The Lisbon Earthquake of 1755 wrought havoc on Portugal's musical heritage, but enough of Esteves's works survived unscathed to suggest that this early 18th-century composer was one of the great masters of Baroque polyphony.
The three-choir Miserere makes a fitting introduction to a composer who, having studied in Rome, worked at a court that aimed to out-Vatican the Vatican in its musical splendours. Its declamatory style gives the piece an inexorably tragic thread, perfectly mirroring the desolation of the text.  The exciting energetic double-choir mass, and a Stabat mater that includes plangent eight-part choruses and ornamented continuo-accompanied arias, reveal a stylistic miscarriage that enables Esteves to bring the text's raw emotions to painfully vivid life."
London Daily Telegraph, 29 October 2007